Les années Before | Soft Machine | Matching Mole | Solo | With Friends | Samples | Compilations | V.A. | Bootlegs | Reprises|
Interviews & articles
     
 Méchamment rock - Charlie Hebdo N° 235 - 15 mai 1975


MÉCHAMMENT ROCK






Pour être un beau bordel, ça a été un beau bordel. Il n'y a pas de sens unique, je suis rentré par la sortie, j'ai pu arriver au milieu d'un spectacle et partir avant la fin d'un autre, sans que personne ne m'engueule, les groupes que je suis venu écouter n'ont pas joué, et réciproquement. Je suis parti content. La désorganisation est la mère de la liberté. C'était la critique musicale de la fête de la libre expression, organisée par Politique Hebdo.

Pour Robert Wyatt, c'était un autre style. C'était très bien aussi. C'est fou comme l'humain et l'élastique se ressemblent. Le théâtre des Champs-Elysées est une chouette salle. C'est une vieille salle, un peu attendrissante. Ça m'embête un peu de voir que le public de Robert Wyatt est tellement épris de liberté qu'il ne peut s'empêcher de fumer dans un endroit pas conçu pour ça. J'ai remarqué que, pour pisser, on attend quand même l'entracte, ce qui prouve qu'on n'est pas si libres que ça. Est-ce tellement meilleur de se retenir de pisser que de se retenir de fumer, en voilà une bonne question pour le bac philo.

En tout cas, c'était plein, plus de doute que Robert Wyatt est une vedette chez nous, plus que dans n'importe quelle autre partie du monde. Le concert, c'était Henry Cow, ce qui reste de Slap Happy, c'est-à-dire Dagmar, la petite chanteuse, berlinoise je crois, et Robert dans sa chaise roulante. Il y a eu des moments poignants, des moments excitants, et des moments chiants. Les moments chiants, c'est la faute de Henry Cow, qui pratique la distanciation comme d'autres le billard électrique : avec une application amusée. Je n'ai pas tellement besoin qu'Henry Cow distancie, parce que Hanns Eisler l'a déjà fait pour moi. Je n'ai pas tellement besoin qu'Henry Cow encule les mouches en 19/4, parce que les Viennois l'ont déjà fait pour moi. Il y a des musiques qui sont plus amusantes à jouer qu'à entendre. L'astuce consisterait à faire passer la-dessus un grand souffle dyonisiaque, ce qui est plus facile à dire qu'à faire. Ceci dit, Fred Frith est un musicien passionnant et Linsay Cooper un jeune hautboïste de choc. Les moments poignants, c'est quand Robert chante comme il jouait de la batterie, avec cet équilibre entre la force et la fragilité, le sérieux et la rigolade qui fait de son art un objet réel, et non une vue de l'esprit mal exprimée par des moyens insuffisants. Excitant quand Robert avec les moyens simples du rock, tire le tempo avec lui dans une course tendue dans Little Red Riding Hood Hits The Road, une course qui va très loin, vers des régions que peu de personnes peuvent nous faire attein­dre tellement elles sont évidentes. Excitant et rigolo aussi pour ce rappel de We Dit It Again, le vieux tour de force en cinq notes de Soft Machine qui reste la plus belle auberge espagnole de la musique. Robert Wyatt ne sera plus jamais une usine à nous fabriquer du plaisir au mètre, mais quand les conditions pourront être réunies à nouveau, j'espère qu'il y aura encore plus de monde pour partager ce qui est, à tous points de vue, exceptionnel.






Qu'est-ce qui fait courir le Tout-Paris à l'Espace Cardin ? Les batteurs japonais Ondeko-Za. Pourquoi courent-ils ? Parce qu'il n'y a rien de tel que la discipline, les vieux relents militaires et la vertu pour faire courir le Tout-Paris. La musique produite par ces jeunes athlètes zénisants en martelant avec des mailloches de la taille d'un bâton de flic leurs énormes tambours, produit un son impressionnant et aussi intéressant que oeil à des timbaliers de la Garde Républicaine. Le Tout-Paris devrait venir aux concerts en short et en chaussures à crampons. Comme des cheveux sur là soupe venait une scène du Kabouki dansée à ravir, une scène d'abstrac­tion lyrique très remarquable. Ah ! monsieur, ces gens-là ne sont pas comme nous.

Il y a un article marrant et sympathique sur Eddy Mitchell dans Libé. J'aurais sûrement dû aller à l'Olympia. Eddy raconte qu'il va enregistrer avec...